Bonella Holloway all rights reserved

Copyright 2007-2012
Built with Indexhibit

Robotic fluidity, Peter Pan's shadow dances of its own accord.

and 1 2 3 and 4 and 5 - 5 - 5 - 5 - 5 - 5

A scratched record.

The body weakens.

and 7 and 8 and 9 - 9 - 9 - 9 - 9 - 9 - 9 and 10 and

Back to back they face themselves, making the task only less precise.

A danced video installation, Dancing with Myself is the product of a process in three parts.

A dancer improvises before a camera for seven minutes. The silent video is edited, stretched out by adding a sequence of loops. Now and then a step is cut up and stuck back together digitally, thus interrupting the fluid improvisation with a mechanical back and forth gif like movement.

Robotised, the dancer becomes a bug in the machine for a few seconds, before retrieving the next steps.

the projection

The same dancer then improvises to a playlist of musics of their choice, as the video is projected scale 1 onto their body. He or she imitates the digital gestures.

The performance has no beginning or end, its temporality like that of a loop, in which the dancer's body becomes a sculpture.

Fluidité robotique, l'ombre de Peter Pan danse à sa guise.

et 1 et 2 et 3 et 4 et 5 - 5 - 5 - 5 - 5 - 5

Vinyle rayé.

Le corps se fatigue.

et 7 et 8 et 9 - 9 - 9 - 9 - 9 - 9 - 9 et 10 et

De dos à soi même, pour un faux pas plus prononcé.

Entre installation vidéo et danse, Dancing with myself est le produit d'un processus qui en trois temps.

Un danseur improvise devant une caméra pendant sept minutes. Je monte ensuite la vidéo en l’étirant dans le temps. Je sélectionne une série de pas et leur donne un nouveau rythme, entre vinyl rayé et bug de gif.

Le danseur est déhumanisé le temps d’une boucle et puis la danse reprends son cours. Ces retouches apparaissent au long de la vidéo.

Enfin, la projection.

Le danseur improvise sur une série de musiques variées avec la vidéo projetée à échelle 1 sur son corps. Il imite par moments le geste numérique, cherchant à rompre sa fluidité avec des allers retours robotiques.

La performance n’a ni début ni fin et sa temporalité est comme celle d’une boucle dans laquelle le corps devient une sculpture mouvante.

Dancing with myself, at Blauverschiebung n°7, Galerie KUB, Leipzig with Jana Rath and Alison Jouani